Un bébé orang-outan affamé laissé pleurer dans un poulailler reçoit enfin des soins affectueux

Un bébé de dix mois surnommé Budi a passé la majeure partie de sa courte vie dans un petit poulailler avec un habitant de Bornéo. On l’a gardé comme animal de compagnie pour le divertissement familial.

Pendant tout ce temps, le propriétaire lui a donné du lait presque condensé, ce qui a nui à la santé du pauvre petit. Ses os ont été déformés en raison du manque de nutriments.

Pour cette raison, il a l’air plus petit qu’il n’aurait dû l’être à son âge. Lorsque le propriétaire s’est rendu compte que Budi était si faible qu’il allait bientôt mourir, il a décidé de le remettre aux autorités.

Lorsque le bébé orang-outan a été secouru, il était déjà au bord de la vie ou de la mort. Selon le directeur de la Société internationale pour la sauvegarde des animaux, Alan Knight, Budi avait un énorme ventre gonflé et des membres tordus.

Il ne pouvait pas bouger, il ne pouvait même pas s’asseoir tout seul. Un orang-outan en bonne santé à son âge peut déjà grimper et se balancer activement sur les branches, mais celui-ci était complètement impuissant.

Alors qu’il était sorti de sa cage à Bornéo pour être emmené au Royaume-Uni, il a crié de douleur alors que les larmes lui remplissaient les yeux.

Tout le monde a pleuré en le voyant, c’était terrible d’imaginer les souffrances endurées par ce pauvre bébé, enfermé dans une cage exiguë et privé de soins maternels à un si jeune âge.

Il est maintenant sous la surveillance fiable de vétérinaires et de travailleurs sociaux. Le bébé peut déjà s’asseoir, bien que chaque mouvement lui soit toujours douloureux.

Chaque jour, il devient plus fort, mais il est encore très loin d’être complètement rétabli, car en plus de problèmes osseux et digestifs, on lui a diagnostiqué une forme sévère d’anémie.

Dans des conditions naturelles, les orangs-outans sont en grave danger et leur nombre diminue rapidement en raison de la déforestation pour les plantations de palmiers à huile et d’autres cultures.

Les éleveurs considèrent ces primates comme des ravageurs agricoles, et pour les chasseurs comme des proies faciles, car ils ne sont pas du tout agressifs.

Lorsqu’une mère est tuée, son veau est souvent donné aux familles comme animal de compagnie, et ces bébés meurent souvent à cause de soins inappropriés.

Si c’était intéressant, partagez-le avec vos amis et votre famille !

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis
Monde Intéressant
Ajouter un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: